Dominique Stella, Art curator
Dominique Stella, Art curator

Palazzo Grassi à Venise est l’emblème de la passion de collectionner de l’homme d’affaire, et milliardaire français François Pinault. L’édifice majestueux, situé sur Canale Grande est un des fleurons du patrimoine de la cité des Doges et un des plus importants et derniers palais construits entre 1748 et 1772 à Venise. Il fut la propriété de la famille Agnelli qui l’acquit en 1983 et le fit transformer en un lieu d’exposition international par les architectes Gae Aulenti et Antonio Foscari. C’est en 2005 que François Pinault rachète le palais à la famille Agnelli pour la somme de 29 millions d’euros. En effet, cette année là, après avoir renoncer au projet, qui prévoyait l’ouverture de sa fondation sur l’île Seguin, à Boulogne-Billancourt, François Pinault décide de s’établir à Venise à Palazzo Grassi.

Exaspéré par les lenteurs administratives qui entravaient l’avancée de son projet en France, l’homme d’affaire (breton d’origine) choisit de « délocaliser » sa collection à Venise qui lui offre une opportunité unique et une visibilité internationale extraordinaire. En 6 mois, le Palazzo est rénové par l’architecte japonais Tadao Ando. En avril 2006, la collection est exposée avec comme titre pour ce premier événement “Where are we going ?”. Le monde entier accourt à ce vernissage ! Dîner fastueux et réception grandiose accompagnent cette première.

Il ne faut pas oublier que la ville de Venise, tous les deux ans, accueille de la Biennale d’Art International, où tous les pays du monde délèguent leurs artistes afin qu’ils se confrontent à la scène mondiale de l’art. François Pinault a trouvé, sur les 5.000 m2 de palazzo Grassi, un théâtre d’exception qui lui permet de mettre en valeur sa collection dans des conditions optimales de visibilité.

Le milliardaire français est, depuis la fin des années 80, un passionné d’art contemporain et d’art moderne, sa collection essentiellement constituée de peintures, sculptures, installations, vidéos, photographies des mouvements Arte Povera, Minimaliste, Pop art et post-Pop, compte des œuvres d’artistes de renommée mondiale : Carl André, Maurizio Cattelan, Urs Fischer, Dan Flavin, Lucio Fontana, Damien Hirst, Pierre Huyghe, Donald Judd, Jeff Koons, Bertrand Lavier, Piero Manzoni, Mario Merz, Takashi Murakami, Rudolf Stingel, Charles Ray, Mark Rothko, Cy Twombly, Andy Warhol, et bien d’autres parmi lesquels le peintre français Martial Raysse à qui fut consacrée l’exposition proposée à l’occasion de la Biennale d’Art International de Venise 2015 et auquel le collectionneur voue une admiration particulière. Pour assurer le commissariat de ses expositions François Pinault s’appuie sur les compétences de Caroline Bourgeois, autorité reconnue dans le domaine de l’art contemporain.

L’aventure de cet homme d’affaire devenu l’un des plus gros collectionneurs au monde, ne s’arrête pas à Palazzo Grassi .Venise est devenue pour lui un ancrage indispensable à sa passion. Il étend son territoire en 2007, avec l’obtention d’une concession trentenaire sur l’espace de la Punta della Dogana, alors qu’il était en compétition avec la Fondation Guggenheim pour l’attribution du lieu. François Pinault a su s’attirer les faveurs de la ville, dans une négociation qui ne fut pas de tout repos. Les travaux, confiés encore une fois à l’architecte japonais Tadao Ando, spécialiste de la lumière et du travail sur le béton s’étendent sur deux ans. Le lieu est exceptionnel et monumental. Passé et présent se mêlent dans une architecture qui souligne la grandeur des espaces. 5.000 m² entre Canale Grande et le Canal de la Giudecca, à l’extrémité du quartier de Dorsodouro. Ce nouveau lieu est inauguré en 2009, avec une exposition dédiée aux artistes de la Collection Pinault.

En 2012 la superficie d’exposition s’agrandit de 1.000 m2 avec le Teatrino, nouvel espace attenant à Palazzo Grassi, dédié aux rencontres et aux spectacles. Au total 11 000 mètres carrés, Palazzo Grassi, Punta della Dogana et le Teatrino pour présenter une collection riche de 3 000 oeuvres.

Pas de commentaire

Réagir à cet article