L’industrie mode/textile italienne à plus de 54 milliards en 2017 (+ 2,4%)

Chloé Payer
Chloé Payer

La mode textile italienne enregistre une croissance de 2,4% en 2017, pour atteindre un chiffre d’affaires sectoriel de 54,1 milliards d’euros, selon les estimations de Smi – Liuc (Sistema Moda Italia – Università Carlo Cattaneo).

Exportations à + 3,5% à 30,5 milliards €

En 2017 l’exportation textile-mode a connu une croissance de 3,5%, atteignant ainsi les 30,5 milliards. Une dynamique positive qui impliquait à la fois la partie «amont» de la chaîne d’approvisionnement et celle de l’aval, les deux ayant progressé respectivement de 1,7% et 4,5%.

Allemagne et France : les deux premiers partenaires de l’Italie

D’un point de vue géographique, les exportations directes vers l’Union européenne ont progressé de 4%, l’Allemagne (+ 4%) et la France (+ 2%) étant les deux premiers marchés d’exportation. La tendance favorable du Royaume-Uni (+ 4,9%) et de l’Espagne (+ 5,6%) se poursuit.

La Chine à + 11,9%

Les exportations vers les zones non européennes ont enregistré une croissance de 2,9%. Dans ce domaine, les États-Unis ont baissé (-1,7%), bien qu’ils restent le troisième plus grand marché de référence hors UE. Ensuite, les exportations vers le Japon ont diminué (-2,9%). La Chine (+ 11,9%), la Corée du Sud (+ 6,2%) et la Russie (+ 10,9%) sont en croissance. En termes de produits, la meilleure performance est la maille (+ 8,8%), suivie de la bonneterie (+ 5,3%). En ce qui concerne les secteurs filières,  les ventes à l’étranger de vêtements emballés (+1,9%), de textiles pour l’ameublement (+3,8%) et de tissus (+0,6%) pour cent).

Secteur en croissance en 2018

Sur la base de l’enquête menée par le Centre de recherche Confindustria Moda pour SMI sur un panel de plus de soixante-dix entreprises opérant dans toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement textile-mode, 2018 poursuit la tendance favorable. De janvier à mars 2018, les entreprises de l’échantillon ont affiché une augmentation modérée du chiffre d’affaires, avec une variation de 1,5% par rapport à la même période de 2017. Plus précisément, les textiles ont progressé de 3%, tandis que le secteur en aval n’a pas dépassé + 0,6%. Le marché étranger a été dynamique tant pour les entreprises textiles (+3,2%) que pour les entreprises en aval (+2,6%).

Pas de commentaire

Réagir à cet article