Les actionnaires d’Essilor approuvent la fusion avec Luxottica

Chloé Payer
Chloé Payer

Approbation à 99% des actionnaires

Les actionnaires du leader mondial des verres ophtalmiques Essilor ont voté et approuvé le 11 mai 2017 le projet de fusion avec l’italien Luxottica, numéro un mondial des montures de lunettes, donnant ainsi naissance au leader mondial intégré de l’optique. Les actionnaires du groupe, réunis en assemblée générale ordinaire à Paris, ont approuvé une dizaine de résolutions portant sur ce projet avec un score record compris entre 95 % et 99 %.

La validation de l’accord par les actionnaires était décisive pour valider le projet de fusion annoncé en janvier par les deux groupes et devrait être finalisé avant la fin 2017.

EssilorLuxottica, un géant mondial de l’optique de 16 milliards € de chiffre d’affaires

Le nouveau géant mondial EssilorLuxottica pèsera environ 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel, pour une capitalisation boursière supérieure à 50 milliards d’euros.

Lors de l’assemblée générale Le PDG d’Essilor, Hubert Sagnières, a fêté un « moment historique » pour le groupe. « On est en train de reproduire, puissance dix mille, la fusion entre les sociétés Essel et Silor », qui avait donné naissance au groupe Essilor en 1972. Essilor, fondée en 1972 et dont le siège social est à Paris, a réalisé un chiffre d’affaires de 6,7 milliards € en 2015 et emploie 61.000 personnes au niveau mondial. L’entreprise distribue et vend ses produits dans plus de 100 pays, possède 32 usines, 490 laboratoires optiques et 5 centres de recherche et développement.

Essilor et Luxottica sont « deux sociétés très performantes, qui ont chacune leur histoire, leurs racines. Deux sociétés qui auraient pu continuer leur chemin en parallèle, mais les verres et les montures c’est fait pour aller ensemble », a déclaré Hubert Sagnières en compagnie du fondateur et patron de Luxottica, Leonardo Del Vecchio, qui a assisté à l’assemblée générale.

Luxottica vend dans 130 pays pour un chiffre d’affaires de 8,83 milliards € en 2015 et emploie 79.000 personnes. Luxottica, fondée en 1961 par Leonardo Del Vecchio, gère 30 marques de lunettes, 10 en pleine propriété (Alain Mikli, Luxottica, Oakley, Persol, Ray-Ban, Vogue) et 20 sous contrat de licence (Armani, Bulgari, Burberry, Chanel, D&G, Coach, Miu Miu, Prada, Ralph Lauren, Versace, Tiffany).

Luxottica a enregistré une hausse de 5,2 % de son chiffre d’affaires au premier trimestre 2017, à 2,38 milliards d’euros, en partie grâce à l’excellente performance de ray Ban.

A présent l’autorisation des autorités de la concurrence concernées est nécessaire pour formaliser l’accord. Obtenir ces autorisations « prendra beaucoup d’énergie, beaucoup de travail et beaucoup de temps, mais nous n’avons pas d’inquiétude particulière », a assuré Laurent Vacherot, le directeur général délégué d’Essilor. Sous réserve de ces approbations, le holding Delfin, propriété de Leonardo Del Vecchio et de sa famille, doit apporter l’intégralité de ses actions Luxottica, soit 62,55 % du capital du groupe italien, en échange d’actions nouvelles émises par Essilor.

Au terme de cette transaction, Delfin disposera de 38 % du capital et des droits de vote d’EssilorLuxottica, une part qui doit descendre ensuite à 31 % environ après une offre d’échange d’Essilor sur les actions restantes de Luxottica.

Le futur groupe EssilorLuxottica devrait ainsi devenir une entreprise franco-italienne, dont la nouvelle entité pourrait se situer au 7e rang du CAC 40 par sa valeur boursière.

Pas de commentaire

Réagir à cet article