Le groupe Campari enregistre une croissance de 13,5% au premier semestre 2017

La multi-nationale italienne Campari Group a annoncé que ses ventes totales pour le premier semestre 2017 ont augmenté de 13,5% par rapport au premier semestre 2016.

Le chiffre d’affaires total de la société a atteint 844,7 millions d’euros, soit une augmentation de 13,5% par rapport au total de 743,9 millions d’euros, avec une croissance organique des ventes de 6,8%. Cette augmentation est due à la forte croissance organique des priorités mondiales à forte marge, dont Campari, Skyy Vodka et Wild Turkey, qui ont augmenté de 9,2%, ainsi qu’aux priorités régionales, y compris Cynar, Averna et Glen Grant Scotch, qui ont enregistré une augmentation de 11,5%.

La société a également bénéficié d’un effet positif du taux de change de 1,8% du nombre de devises, y compris le dollar américain, le rouble russe et le dollar australien qui ont augmenté en évaluation par rapport à l’année précédente.

Gruppo Campari a vu son plus grand marché, les États-Unis, représenter 27,6% de ses ventes totales, avec une croissance globale de 26,1%, en hausse de 2,8% par rapport à la même période l’an dernier.

Le directeur général de Campari, Bob Kunze-Concewitz, a déclaré: «Nous avons obtenu de très bons résultats au premier semestre de 2017, ce qui a permis de maintenir une croissance soutenue, à la fois en termes organiques et déclarés, dans tous les indicateurs de performance. La croissance organique solide a été réalisée après une accélération au deuxième trimestre des ventes et de la rentabilité. L’expansion soutenue de la marge brute, qui a bénéficié de l’amélioration continue de notre mix de vente par marque et par région ainsi que d’une reprise graduelle dans le secteur du sucre, a contribué à la mise en phase défavorable des investissements A & P, biaisés dans le premier semestre de cette année. Cet effet, combiné à des investissements dans des capacités de distribution améliorées, a conduit à la dilution de marge attendue en marge d’exploitation au premier semestre.

En ce qui concerne la deuxième moitié de l’année, nos perspectives demeurent assez équilibrées et inchangées. Les environnements macroéconomiques dans certains marchés émergents restent incertains, alors que l’incertitude politique persistant dans certaines régions pourrait continuer à alimenter la volatilité des principales devises par rapport à l’euro. En outre, nous croyons que le renforcement progressif de l’euro par rapport au dollar américain pourrait avoir un impact plus défavorable au second semestre.

Néanmoins, nous restons confiants dans la réalisation d’une performance positive à travers les indicateurs clés de l’année, en raison de la surperformance des priorités mondiales et régionales à forte marge. Nous nous attendons à ce que la marge brute continue de bénéficier du mix de ventes favorable malgré une pénalisation par des effets inflationnistes sur les coûts matériels sur les marchés émergents ainsi que la hausse des prix de certaines matières premières comme l’agave .

Pas de commentaire

Réagir à cet article