Inauguration à Ferrare du Musée National du Judaïsme Italien et de l’Holocauste – MEIS

Valeria Merli
Valeria Merli

Le 14 décembre 2017, le MEIS, Musée national du judaïsme italien et de la Shoah, sera inauguré à Ferrare. Le MEIS a été créé en vertu de la loi du 17 avril 2003 n.91, loi approuvée par le Parlement et par toutes les forces politiques.

L’histoire des Juifs italiens a duré pendant des siècles et décrit un long voyage, parfois chaotique, voire dramatique, ce qui a conduit la communauté juive à faire partie intégrante de la société italienne apportant une contribution décisive à l’histoire du pays, de l’époque romaine jusqu’au procès d’unification de la péninsule.

En Italie aujourd’hui, il y a vingt et une communautés juives, pour un total d’environ 30 000 Juifs résidant dans notre pays. L’Italie a fait preuve d’un intérêt croissant pour ces communautés : visites officielles à la synagogue de Rome par le pape Jean-Paul II, suivies de celles du pape Benoît XVI et du pape François ; cet intérêt culmine dans la célébration de la Journée de la mémoire et de la Journée européenne de la culture juive. En 2014, le Musée national du judaïsme italien et la Shoah et le Mémorial de la Shoah à Paris ont signé un accord pour le développement de projets communs qui peuvent faire connaître l’histoire de l’Holocauste au niveau européen.

Même la France, pays qui abrite la plus grande communauté juive d’Europe et qui est le premier pays européen à avoir reconnu les Juifs comme des citoyens ayant des droits égaux, a pris de nombreuses mesures pour les intégrer dans la société.

Le siège de la MEIS a été obtenu à partir de l’ancien complexe pénitentiaire de via Piangipane, qui de 1912 à 1982 a accueilli les prisons des villes. Le projet de redéveloppement de la prison est signé du studio Arco-Architecture de Bologne, sous la direction de l’architecte Carla di Francesco.

En 2020, le premier des trois lots de travaux établis sera achevé. Aux quatre corps architecturaux prévus par le projet, un cinquième sera ajouté pour représenter les cinq livres de la Torah.

Le complexe pénitentiaire, qui est situé dans le centre de Ferrare, deviendra ainsi un point de rencontre, ouvert au dialogue et à la réflexion, un lieu d’ouverture et non plus un lieu de détention, situé dans une ville qui depuis le Moyen Age a été imprégnée par la présence juive. Ferrara était un refuge pour les Juifs depuis le temps de la famille Este, qui l’a accepté et a permis le développement d’une communauté qui, des siècles plus tard, a participé aux guerres d’indépendance et à la naissance du royaume d’Italie, à la persécution raciale, comme cela est narré par George Bassani dans le roman Il Giardino dei Finzi Contini.

La ville comprend encore dans ses murs trois synagogues, un cimetière juif et l’ancien ghetto. Le but de MEIS est précisément de raconter l’histoire et la culture juives, qui, tout en conservant leur identité, se fondent avec celle du pays qui les a accueillies, donnant lieu à une agrégation naturelle et durable.

L’inauguration comprendra une exposition temporaire, un spectacle multimédia et le musée lui-même. L’exposition, intitulée “Hébreux, une histoire italienne. Les premiers mille ans », est organisée par Anna Foa, Giancarlo Lacerna et Daniele Jalla et promus par MEIS parrainé par le ministère du Patrimoine et de la Culture et du Tourisme de la région Emilie-Romagne, la municipalité de Ferrara et UCEI, Union des communautés juives italiennes. A l’intérieur de l’espace d’exposition, vous pourrez admirer des objets précieux, manuscrits, incunables, documents, inscriptions, pièces de monnaie et des ornements de différents musées situés dans le monde entier, et une reproduction du bas-relief de l’arc de triomphe de Titus avec les porteurs d’objets vaincus dans la campagne de l’empereur contre les Juifs, tels que les trompettes d’argent et le chandelier à sept branches. Le parcours vise à capter l’attention du visiteur et à lui redonner le sens de l’exposition, dont le projet a été conçu par l’atelier Tortelli-Frassoni à Brescia.

L’exposition sera inaugurée le mercredi 13 Décembre, en présence du Président de la République italienne Sergio Mattarella, du ministre de la Culture Dario Franceschini, du président de Meis Dario Designs, du directeur Della Seta et Simonetta Noemi Di Segni, du Président de l’Union communautaire juif.

Le spectacle multimédia « A travers les yeux des juifs italiens » redira la vie des Juifs dans la péninsule italienne en différentes étapes : des empereurs Jules César, Vespasien et Titus, la dispersion du peuple juif dans toutes les régions de l’Italie. Le musée, l’exposition et le spectacle seront ouverts au public le 14 décembre, jour de l’entrée gratuite, et seront ouverts jusqu’au 16 septembre 2018.

Il y aura également une boutique et une bibliothèque. Des activités éducatives sont menées en collaboration avec le ministère de l’éducation, de l’université et de la recherche, dans le but de diffuser le sentiment de cohabitation et d’intégration entre les différents peuples parmi les jeunes. Le projet architectural et culturel se poursuivra, avec le soutien du gouvernement italien, sous la bannière d’un regain d’intérêt pour la coexistence pacifique entre différentes cultures dans un même territoire, cohabitation dont les deux peuvent se mutuellement bénéficier, pour construire des ponts de solidarité et une connaissance qui peut briser les différences, faisant de l’inauguration du MEIS un élément fondamental de l’histoire italienne et de l’histoire juive en même temps en Italie.

Pas de commentaire

Réagir à cet article